Culture

Dans la culture haïtienne on retrouve des éléments africains, français et caraïbiens.

Même si en 1860 le catholicisme s’est imposé comme religion officielle de la République d’Haïti, le vaudou peut aussi être considéré comme religion nationale de ce pays. La plupart des adhérents du vaudou sont d’avis que leur religion peut très bien coexister avec le catholicisme. Le vaudou est un culte animiste originaire du Bénin, répandu chez les Noirs des Antilles, un mélange de pratiques magiques, de sorcellerie et d’éléments pris au rituel chrétien. La musique et la danse en constituent les éléments essentiels. Pendant la période du Carnaval (du 7 janvier au Mercredi des Cendres), des défilés animent les routes, des groupes musicaux montés sur des chars flamboiement décorés entraînent participants et spectateurs par leur musique rythmique appelée « meringue ». Après le Carnaval commence le « RaRa » jusqu’au dimanche pascal. Il s’agit de manifestations culturelles ambulantes, hautes en couleur, son et images.
Les combats de coqs sont profondément implantés dans la tradition haïtienne. Avant l’arrivée des Européens les Caraïbes ne connaissaient pas le coq. Tandis que certaines îles ont presque complètement cessé de pratiquer ces combats, ce trait culturel reste cependant très vivace en Haïti. La peinture naïve des artistes haïtiens montre les traditions et les paysages d’Haïti. L’utilisation de couleurs éclatantes et le renoncement de la perspective classique n’ en sont que quelques caractéristiques. Des œuvres d’artistes haïtiens, comme Bazile, Dufont, Etienne ou Rigaud Benoît sont exposées dans les grands musées mondiaux. Le « taptap » est le moyen de transport le moins cher en Haïti. Il s’agit de bus, de camions ou camionnettes, ornées avec des peintures montrant des scènes de la vie quotidienne, des images et des citations bibliques ou bien des proverbes. Par tradition le propriétaire fait de son bus une œuvre d’art.