Eau potable

eaupotable1Pour la plupart des Haïtiens le quotidien est une lutte pour la vie.
En Haïti l’approvisionnement en eau n’est pas un droit, mais un luxe.

L’approvisionnement de la population en eau potable est l’un des plus grands problèmes d’Haïti, car l’eau potable n’est pas accessible à une grande partie de la population, surtout en région rurale. Dans la plupart des cas ce n’est pas la disponibilité de l’eau qui pose problème, mais les distances à parcourir pour se la procurer.

En effet, les habitations en milieu rural se trouvent souvent en altitude, alors que les sources se situent en bas dans les ravins. Durant les périodes de sécheresse, la situation devient encore plus difficile, car certaines sources tarissent et les distances à parcourir deviennent encore plus grandes.

Pour obtenir un minium d’eau pour boire, cuisiner, se laver et nettoyer habits et maison, les femmes et les enfants prennent leur boquittes (bidons) et vont les remplir à des stations de distribution. Ils doivent payer pour chaque seau et les ramènent alors à la maison en portant les dix kilos sur leur tête. Là où il n’y a pas de telle station, les gens prennent l’eau d’une rivière ou d’un fleuve, mais cette eau est souvent contaminée et insalubre.

eaupotable2Une troisième possibilité c’est de capter de façon illégale une conduite d’eau existante. Par conséquent les quelques conduites d’eau existantes sont détruites.

A Port-au-Prince, des marchands d’eau se gagnent la vie en vendant de l’eau dans des gobelets ou dans des petits sachets en plastique.

Les enfants poursuivent les camions-cisternes transportant de l’eau pour récupérer l’eau qu’ils perdent.

Même en ville, seulement la moitié des habitants disposent d’eau, mais qui souvent n’est ni propre ni potable.

De même il n’existe pas de système d’évacuation et de traitement des eaux usées et par conséquent la diarrhée, la fièvre typhoïde et la malaria constituent les causes principales de la mortalité des enfants.