Santé

Haïti ne compte que 650 médecins pour une population de plus de 8 millions d’habitants.

Les conditions de santé en Haïti sont catastrophiques. Il y a pénurie d’infrastructures médicales, particulièrement dans les régions rurales, les conditions de vie sont difficiles et les mesures de salubrité insuffisantes.

Les logements sont souvent malpropres, l’eau contaminée, et par conséquent les maladies infectieuses se propagent rapidement.

Ainsi le tétanos, la tuberculose et la malaria sont des maladies courantes. L’espérance de vie est assez basse : 47 ans pour les hommes et 51 ans pour les femmes. La mortalité d’enfants en dessous 5 ans est de 31.000 enfants par an (près de 3 enfants sur 20), dont 70% meurent avant avoir atteint l’âge de 1 an (Unicef 2005).

Dû à la mauvaise information de la population sur les conditions hygiéniques et les maladies transmissibles le sida fait aussi ses ravages. En 2006 Unicef estimait le nombre de gens vivant avec le virus HIV à 190.000 (3,8% de la population entre 15 et 49 ans). Mais il y a aussi un taux très élevé d’enfants qui naissent avec le virus, à savoir 17.000 enfants par an.

hospital

Le mauvais état de santé de la population tient avant tout à la sous-alimentation et à la malnutrition dont les causes sont évidentes : 4 Haïtiens sur 5 vivent en dessous du seuil de pauvreté, la moitié de la population dispose de moins de 2 $US (environ 1,5€) par jour pour survivre. La malnutrition est encore plus élevée à la campagne.

Presque la totalité des services de santé installés à travers le pays sont fournis par des agences non gouvernementales, comme la Croix-Rouge ou Médecins Sans Frontières, ou par des organisations d’ordre religieux. Comme la plupart des médecins exercent à Port-au-Prince, il n’y a qu’un médecin pour 20 000 habitants en région rurale.

Les gens qui habitent loin de la capitale, ou d’une autre agglomération un peu plus grande, doivent parcourir des distances énormes, souvent supérieures à une journée jusqu’à l’hôpital le plus proche. Mais même les hôpitaux manquent des ressources les plus élémentaires.