Séisme en Haïti – Témoignage du 15/01/10

L’ONG Objectif Tiers Monde  a reçu un  message d’un partenaire qui habite à Gressier, voici le témoignage :

15 janvier 2010

Tout d’abord, au nom de tous les partenaires, nous vous disons merci pour le tout le souci dont vous faites. Merci pour le soutien moral que vous nous apportez comme toujours.

En fait, nous avons tellement de photos à vous envoyer que cela pourrait prendre une journée. Entre temps, nous pouvons seulement vous envoyer que quelques unes.

Les connections du courant étaient coupées. La table qui contenait les batterie était cassée, à cause des secousses de temps en temps, on a peur de rentrer dans les maisons, parce qu’il y a des fissures et comme tu peux voir sur les photos, les murs sont tombés dans les 2 salles qui sont en haut, comme ça, c’est fragile.

Les photos s’expliquent elles-mêmes. Il y a beaucoup de, beaucoup de morts, les morts qui sont sous les décombres sont encore en plus grand nombres que ceux dénombrés déjà. Donc, aucune association n’est encore en mesure de dresser un bilan des personnes mortes.

Nous avons pu contacter quelques partenaires dont : Joël de Beau-Séjour, qui dit être bien, mais qui ne savait pas encore pour sa famille. Nous avons su par une sur de Monsieur Toussaint qu’il va bien lui et sa famille, ainsi que M. Edmond, je ne sais pas encore pour M. Corvelt et sa famille. M. Cadet m’a dit que lui et sa famille sont sauvés de justesse. Les gens de FOCAPA se porte bien, ceux que nous pouvons contacter. Jean Overty va bien, il était venu nous voir.

Il dit que Anette est sauvée de justesse, car dans l’école de café-lompré où elle se trouvait est tombée plate. L’église également est tombée. La maison des PFST de C-L  est craquée. Chez Anélyse est effondrée, son école également, les écoles et église épiscopale sont tombées.  Monsieur Phénord de Bertin que lui et sa famille se porte bien, mais l’école est effondrée.

Bon, je suis un peu stressée pour le moment, je n’arrive pas à écrire tout. Demain Dieu voulant je continuerai à vous décrire la situation si on peut trouver la possibilité. Car, il vient d’avoir une secousse, on doit monter sur le plateau de la montagne. Tu vas voir une photo, de la situation dans laquelle nous pouvons travailler. Demain Dieu voulant, je vous expliquerai comment on a fait.

Des écoles, des églises, des universités, des hôpitaux, des marchés publics, des supers-marchés, des hôtels, etc??????? sont gens cris ça et là.

La plupart des rescapés prennent la route à pied, avec des légers vêtements ou pieds nus? la façon ils se trouvaient avant le catastrophe. Ils vont par çi par là. Il y en a qui prenne la route pour les provinces, car ils ne leur restent personnes et n’ont rien du tout, ils essaient de trouver des gens en province.

Oh !, je pars, à demain Dieu voulant pour le reste du bilan.

Eveline