Ecole « Le Reformiste »

La situation des écoles en Haïti

EcoleAAH - 12.jpgEn Haïti 90% de toutes les écoles sont des écoles privées, non-publiques et par conséquent non-soutenues par l’Etat Haïtien. Or pourquoi en est-il ainsi? Tout cela remonte jusqu’à la période de la colonisation d’Haïti.

Le faible engagement de l’Etat à travers l’Histoire par rapport à sa mission de scolariser l’ensemble de la population a conduit à ce scandale éducatif unique au monde. Ainsi 500.000 enfants de 6 à 12 ans ne vont pas à l’école.

Dans la plupart des cas il s’agit de “restavec” (enfants abandonnés par leur famille démunie à une autre plus aisée avec l’espoir de le voir manger à sa faim et étudier, tout en sachant qu’il travaillera dur pour satisfaire ses maîtres).

Le taux d’alphabétisation varie entre 45% et 61% dans la population des 10 ans et plus. Même les écoles publiques sont payantes et pas forcément moins chères que les écoles privées.

L’école « Le Reformiste »

L’école « LE REFORMSITE » se trouve à Rivière Froide, commune de Carrefour, près de la capitale Port-au-Prince. Comme presque toutes les écoles privées, l’école LE REFORMISTE, a aussi été fondée à l’initiative d’une seule personne au départ, à savoir Félix Etienne, en 2004.

L’idée d’ouvrir une école lui était venue par le constat qu’il n’y avait pas mal d’enfants de rue qui habitaient son quartier de Rivière Froide et qui n’avaient pas la chance de se rendre à l’école comme beaucoup d’autres.

Ainsi, ensemble avec ses amis Barthol, Johnny et Lionel, il a loué une partie d’un  bâtiment et y a ouvert une école. Ils ont eux-mêmes fabriqué les bancs et différents enseignants donnaient leur aide en offrant leurs services presque gratuitement à ces enfants.

Nous avons fait cela juste pour aider ces enfants à recevoir le pain de l’instruction, étant des jeunes éclaireurs de ladite zone, déclarent aujourd’hui les fondateurs.

Par le fait que nous sommes du quartier, il nous est facile de faire le choix entre les enfants que nous jugeons les plus misérables quoiqu’ils aient des parents.”