Articles

Année scolaire 2007/08

La rentrée commençait mal, car en août Polo avait rangé l’école; il avait mis tous les papiers, bancs, tableaux et matériels sur le trottoir. Ainsi l’huissier du tribunal est venu et a défendu l’entrée au territoire pour les deux partis jusqu’à ce qu’une décision juridique soit prise définitivement.

Les classes préscolaires ont été installées chez Félix Etienne, le directeur de l’école, dans sa maison privée. Les classes fondamentales ont trouvé refuge dans une autre maison, encore inachevée, non loin de l’école. Le propriétaire avait lui-même des enfants à l’école et on lui payait un loyer pour pouvoir utiliser sa maison. Un nouvel enseignant a été embauché pour la 5e année fondamentale.

Au cours de l’année un nouveau directeur pédagogique, lui-même directeur d’une autre école à Carrefour, a prêté ses services à l’école Le Reformiste. En plus les enseigants ont suivi quelques cours en éducation artistique organisés par un artiste haïtien en collaboration avec OTM.

Année scolaire 2006/07

EcoleAAH - 08.jpgEn passant à l’année scolaire suivante, le nombre d’élèves a augmenté de 100 à 170 enfants. C’est pourquoi il a fallu créer de nouvelles salles de classe. Or, on ne pouvait louer des pièces supplémentaires dans cette maison, ni l’acheter. C’est pourquoi on a décidé de construire une annexe provisoire en bois, recouverte de tôle et de bâches dans la cour de l’école à côté du bâtiment existant. De même que chez nous, il y a en Haïti aussi 3 années de précoce/préscolaire et 6 années de primaire. Pour l’année scolaire 2006-2007, 7 enseignants et un directeur pédagogique travaillent dans 6 classes: • une 1ère et 2e année Kindergarden mixte • une 3e année Kindergarden • une 1ère année fondamentale • une 2e année fondamentale • une 3e et 4e année fondamentale mixte • une classe spéciale

Une année après la fondation de cette école, le directeur Félix Etienne et son assistant Barthol Gilles ont maintenant bien acquis les compétences nécessaires pour régler la situation financière et administrative de l’école. Malheureusement nous étions contraints à résilier le contrat du directeur pédagogique, qui ne respectait en aucune mesure les tâches marquées dans son contrat. Beaucoup de matériel scolaire faisait encore défaut, pas tous les enseignants ne disposaient d’un bureau, et seulement un enfant sur trois avait des livres scolaires. Les crayons et les cahiers étaient en partie fournis par l’école.

EcoleAAH - 20.jpgDu point de vue matériel pédagogique et didactique, comme par exemple globes, squelette, affiches, posters, il y avait un manque total. C’est pourquoi nous avons demandé aux responsables de l’école de nous faire un devis pour les livres scolaires faisant défaut et nous leur avons proposé de les leur financer. Il s’agisait de créer une réserve de livres à l’école même, afin de pouvoir les prêter aux enfants qui n’avaient pas les moyens pour s’en acheter.

Or, en février 2007 une nouvelle contrainte commençait à entraver le fonctionnement quotidien de l’école. Le soidisant propriétaire du bâtiment exerçait de la pression sur le directeur de l’école en augmentant le loyer dudit bâtiment de plus en plus. Les resonsables ne cédaient pas, étant donné qu’ils avaient fait connaissance du “vrai” propriétaire de ce bâtiment, Mr Derosier. Mais Polo, le soi-disant propriétaire insistait.

Ainsi, AAH Luxembourg faisait les premières démarches pour un éventuel achat de ce bâtiment. L’arpentage était prévu pour le mois de juin. Mais Polo avait barré l’accès à l’école parce qu’il réclamait toujours le loyer auquel il n’avait pas droit. En plus l’ ex-directeur pédagogique avait porté plainte auprès du Ministère des Affaires Sociales concernant la résiliation de son contrat. Mais une fois tous les papiers acheminés, l’affaire a été close en notre faveur.

Pendant les vacances d’été, tous les enseignants ont participé à deux semaines de formation en matières pédagogiques chez les Petits Frères de Sainte Thérèse de Rivière Froide.

Année scolaire 2005/06

Au début, les enfants habitaient aussi à l’école, ils y dormaient, recevaient un repas chaud et fréquentaient les cours. Auparavant ces enfants de rue dormaient sous de vieilles voitures, à la maison des proches de leurs parents, mais qui n’avaient non plus la possibilité de prendre soin d’eux convenablement.

Mais vu le manque de place et de moyens financiers, les responsables ont dû arrêter ce service. Au cours de l’année, le bâtiment a aussi un peu changé: toutes les salles ont été peintes en blanc pour améliorer la luminosité, et la façade extérieure a eu un revêtement de dessins animés.

En plus, un local supplémentaire a été loué pour servir de lieu de stockage et de cuisine. Le directeur de l’école, Félix Etienne, a embauché deux cuisinières, qui s’occupent dorénavant des repas chauds pour les enfants. En juin 2005 une centaine d’enfants fréquentaient l’école le matin et recevaient un repas chaud à 11 heures.

Ecole “Le Reformiste”

La situation des écoles en Haïti

EcoleAAH - 12.jpgEn Haïti 90% de toutes les écoles sont des écoles privées, non-publiques et par conséquent non-soutenues par l’Etat Haïtien. Or pourquoi en est-il ainsi? Tout cela remonte jusqu’à la période de la colonisation d’Haïti.

Le faible engagement de l’Etat à travers l’Histoire par rapport à sa mission de scolariser l’ensemble de la population a conduit à ce scandale éducatif unique au monde. Ainsi 500.000 enfants de 6 à 12 ans ne vont pas à l’école.

Dans la plupart des cas il s’agit de “restavec” (enfants abandonnés par leur famille démunie à une autre plus aisée avec l’espoir de le voir manger à sa faim et étudier, tout en sachant qu’il travaillera dur pour satisfaire ses maîtres).

Le taux d’alphabétisation varie entre 45% et 61% dans la population des 10 ans et plus. Même les écoles publiques sont payantes et pas forcément moins chères que les écoles privées.

L’école “Le Reformiste”

L’école “LE REFORMSITE” se trouve à Rivière Froide, commune de Carrefour, près de la capitale Port-au-Prince. Comme presque toutes les écoles privées, l’école LE REFORMISTE, a aussi été fondée à l’initiative d’une seule personne au départ, à savoir Félix Etienne, en 2004.

L’idée d’ouvrir une école lui était venue par le constat qu’il n’y avait pas mal d’enfants de rue qui habitaient son quartier de Rivière Froide et qui n’avaient pas la chance de se rendre à l’école comme beaucoup d’autres.

Ainsi, ensemble avec ses amis Barthol, Johnny et Lionel, il a loué une partie d’un  bâtiment et y a ouvert une école. Ils ont eux-mêmes fabriqué les bancs et différents enseignants donnaient leur aide en offrant leurs services presque gratuitement à ces enfants.

Nous avons fait cela juste pour aider ces enfants à recevoir le pain de l’instruction, étant des jeunes éclaireurs de ladite zone, déclarent aujourd’hui les fondateurs.

Par le fait que nous sommes du quartier, il nous est facile de faire le choix entre les enfants que nous jugeons les plus misérables quoiqu’ils aient des parents.”